Double et triple vitrage

Pour l’amélioration de l’isolation thermique et acoustique, on utilise des verres isolants modernes avec des remplissages de gaz divers : il s’agit généralement du krypton ou de l’argon (pour l’isolation thermique), ou de leur mélange (le krypton améliore aussi l’isolation acoustique). Les autres caractéristiques du verre sont la couleur, la transmission de la lumière et les facteurs solaires.

Pour assembler plusieurs feuilles de verre en un double ou triple vitrage, on adopte le procédé suivant : l’espace d’air est fixé au moment de la fonte du verre. Dans les règles de l’art, le cadre intercalaire est en métal ou dans un matériau isolant. Une palette de cadres intercalaires de grande qualité est conçue pour les fortes exigences en matière d’isolation thermique et acoustique, comme de contrôle solaire. Les verres peuvent être réfléchissants, teintés ou clairs. Ils sont séparés par un espace hermétique rempli d’air déshydraté ou de gaz, dont l’épaisseur est en général comprise entre 10,5 et 16mm. L’emprisonnement d’une lame d’air sec, ou souvent, le remplissage de gaz, permet d’éviter tout phénomène de condensation dans l’intercalaire.

Le vitrage isolant répond au mieux à de fortes exigences en matière d’isolation thermique et acoustique. Un vitrage isolant standard 4/12/4 (lame d’air de 12mm d’épaisseur entre deux vitres de 4mm d’épaisseur) a un coefficient U d’environ 3,0 W (m²K). Comparons avec une simple vitre de 6mm d’épaisseur, dont le coefficient U est de 5,8 W/(m²K). Avec un coefficient U de 3,0 W/(m²K), 900 litres d’huile sont consommés dans une maison comprenant seulement 25 m² de fenêtres. Comparé à un très bon vitrage d’isolation thermique, cela représente 700 litres en trop. La règlementation thermique impose pour les bâtiments neufs et la rénovation des bâtiments anciens un Coefficient U maximum de 1,8 W/m². Cependant, les vitres avec un coefficient U de 1,1 à 1,3 sont recommandables : elles isolent 30°/° mieux et coûtent seulement 10 °/° plus cher par m².